Archives

La Semaine du Pays Basque

Posté par Rachel 24 mars 2011 0 commentaire
[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Paru dans l’hebdomadaire La Semaine du Pays Basque du 25 au 31 Mars 2011.

numérisation0020

Rencontre avec les fines lames de Bidart. 

Depuis un mois, Les Couteliers Basques, Rachel et Pascal Exposito, se sont installés dans une ferme rénovée au cœur du village. Un retour aux sources pour ces Bidartars qui font parler leurs traditions dans leurs créations.

C’est l’histoire d’une famille Bidartar qui est revenue s’installer… à Bidart pour y rénover entièrement une ferme et installer son entreprise d’artisanat d’art, plus précisément de coutellerie. Aux commandes, Rachel Exposito et son frère Pascal Exposito. C’est lui qui a lancé l’entreprise il y a 25 ans, avant d’être rejoint par sa sœur 8 ans après.

Depuis un mois, Les Couteliers Basques ont donc élu domicile dans une ferme entièrement rénovée, au cœur du village. 18 mois de travaux ont été nécessaires mais le résultat est là : une belle maison, moderne et en même temps donnant à voir les vieilles pierres.

Un design moderne mais des techniques de fabrication qui respectent les traditions, c’est aussi le credo de Rachel et Pascal. « C’est notre culture qui transpire de chaque couteau. Nous utilisons des bois issus des forêts avoisinantes ; nous travaillons avec une tannerie d’Espelette pour fabriquer les fourreaux en cuir de buffle », confie Rachel Exposito.

Du bois des makilas au piment d’Espelette. 

Deux sortes de couteaux font la réputation de la petite entreprise : le Mizpira et le Bixia. Le premeir est fabriqué à partir du bois de néflier, ce même bois qui sert à la fabrication des makilas. La création à partir de cette essence demande un travail de longue haleine qui s’étend sur plusieurs mois, voire plusieurs années avant de parvenir à un couteau parfait, sans vis ni rivets apparents qui transpercent le bois.

A côté, c’est le piment qui a inspiré les créateurs. Le couteau Bixia reprend la forme et les couleurs du fameux condiment. « La conception et la réalisation de ce couteau nous a pris près de 18 mois. Il fait appel à des essences de bois précieux et de la résine colorée », explique Rachel Exposito.

Toute l’âme du Pays Basque dans un couteau en quelque sort.

E.L.L.

Vous aimerez aussi