Couteaux de FranceLes Couteaux

Coup de cœur : Mickaël Moing

Posté par andrea 16 août 2016 0 commentaire
[Total : 15    Moyenne : 4.3/5]

Aujourd’hui, on lance une nouvelle série d’articles dans lesquels on vous présentera nos couteliers coup de cœur ! On commence cette série par le désormais célèbre Mickaël Moing…

Un parcours atypique

Mickaël Moing est né en 1971 à Clermont-Ferrand. Avec une mère sage-femme et un père dans l’automobile, il dispose d’une panoplie complète d’outillage. C’est son grand-père qui lui transmet l’amour des couteaux en lui offrant son premier pliant : un petit onglier avec une lame de 5 centimètres à peine. Très bricoleur, il fabrique son tout premier couteau pliant en bambou à seulement dix ans !

C’est en lisant un magazine de coutellerie, La Passion Des Couteaux, qu’il découvre le monde de la coutellerie et c’est à ce moment précis qu’il sait qu’il veut en faire son métier. En véritable roi de la débrouille, il fabrique son premier couteau pliant à l’aide de la chaudière à bois de ses parents, d’un morceau de rail de chemin de fer et d’un vieux marteau. Pourtant, il s’oriente vers des études agricoles et continue de forger quand il en a le temps.

Après un BTS agricole, il entre dans le monde du travail en tant que moniteur de sport de plein air. Puis il part en Bretagne pour s’occuper d’un troupeau de 120 chèvres. Enfin, nostalgique de la montagne, il ouvre un gîte en Haute-Loire avec sa femme. Il peut enfin consacrer plus de temps à sa passion. Comme on dit, c’est en forgeant qu’on devient forgeron… Il pratique de plus en plus et intensifie sa production coutelière. En 2003, il participe pour la première fois à un salon à Thiers en tant qu’exposant amateur. A sa plus grande surprise, il vend tous les couteaux qu’il a exposé.

Des créations originales par Mickaël Moing

Fort de ce succès, il décide d’aménager une ancienne écurie en atelier, investit dans l’équipement : forge à charbon, enclumes, back-stand, marteau-pilon, fraiseuse… Un outillage qu’il n’utilise que pour créer des pièces uniques. Mickaël ne fait plus de séries afin de préserver sa liberté. Il aime les montages en piémontais, qu’il utilise notamment pour ses fameux couteaux en forme d’animaux.

Il travaille selon son humeur et puise son inspiration dans son environnement : la forêt, la chasse, la montagne,… Ce coutelier-forgeron aime les couteaux utiles, efficaces mais sobres. Il veut aussi réchauffer l’image très froide que l’on a du couteau qui reste perçu comme une arme en inventant des pièces originales qu’il appelle OTNI (Objets Tranchants Non Identifiés). Un couteau en forme de petite souris avec une dent de lait et une petite pièce de 1 € incluses dans le manche, un couteau en forme d’éléphant vendu avec un éthylotest… Et bien d’autres créations originales qu’il fabrique dans son atelier aux allures de cabinet des curiosités où se mélangent les odeurs de bois (genévrier, genêt, … ). Des caisses débordent de matériaux divers, os, bois de cerfs, … Un véritable atelier d’artiste !

Voici quelques-unes de ses créations…

couteau pliant de Mickael Moing
couteau pliant de Mickael Moing

Couteau éléphant rose Mickaël Moing Couteau Cheval Mickaël Moing Couteau Hippocampe Mickaël Moing Couteau Poisson Mickaël Moing Couteau Souris Mickaël Moingcouteau pliant de Mickael Moing

Vous aimerez aussi